Archives de Tag: Alain Lefevre

L’asile de tous les talents

Le 20 Mai prochain, la Société de musique contemporaine du Québec propose Une soirée à l’Asile, représentation imaginée par le compositeur Walter Boudreau qui s’est inspiré de la pièce de théâtre de Claude Gauvreau L’Asile de la pureté écrite en 1953.

A cette occasion, autour du pianiste Alain Lefèvre, d’autres artistes de renoms tels André Pappathomas, Lorraine Pintal et Matthieu Fortin lieront leurs talents à la narration de François Papineau pour nous hisser au diapason du Québec d’antan. André Pappathomas, directeur de l’Ensemble Mruta Mertsi, lève le voile sur la participation de l’ensemble à cette soirée.

Créé en 2003, Le « Prélude (Destin tragique) » sera interprété par les 16 voix de l’Ensemble Mruta Mertsi accompagnant la ligne mélodique de l’orgue sous une tonalité sonore de cloches et de plaques métalliques. André Pappathomas apporte une nouvelle écriture à la pièce en ajoutant dans le chant des mots issus de «Les trois suicides d’Ocgdavor Pithuliaz» . Initialement, ce texte est récité par Donatien Marcassilar, personnage de la pièce, suicidaire à la suite de la perte de sa bien-aimée, lors de son dernier effort poétique. Dès lors, le spectateur se retrouvera témoin d’une marche mortuaire interprétée par l’Ensemble Mruta Mertsi évoluant dans la salle comme des zombies pour gagner la scène avec des plaques métalliques à la main. Comme pour sonner le glas, ces personnages légendaires et inquiétant symbolisent le peuple québecois des années 40, dépourvus d’identité propre. Le contrôle de l’Église et de l’État étant prépondérant à cette époque, le Québec, sans voix, se retrouvait dans l’impossibilité de prendre position par manque de culture. Sans conscience, l’Homme est comme éteint. Ici, les voix du peuple viennent se marier au son de l’orgue et des cloches illustrant ainsi l’autorité chrétienne.

Plus tard, André Pappathomas se placera entre les mots de Francois Papineau dans un extrait de La charge de l’orignal épormyable, autre pièce de Claude Gauvreau. Le narrateur situé dans une baignoire-tombeau débite des phrases sur la musicalité des instruments inventés du compositeur. En jouant en contrepoint de la narration, le duo prend un caractère d’opposition et de complémentarité théâtrale. L’intonation et le phrasé changent en fonction de l’existence sonore comme si les deux artistes s’influençaient mutuellement.

Ainsi, lectures, chants et musique se mêleront pour faire ressortir l’essence même de la pièce de Claude Gauvreau, la création d’une proposition dramatique restant en continuité avec son écriture.

Article rédigé par dmartingraser

Une Soirée à l’asile – Mercredi 20 mai à la Salle Pierre-Mercure — Centre Pierre-Péladeau à 19h00.

Programme (5 parties)

1- Walter Boudreau et, «Prélude (Destin tragique…)», extrait de L’asile de la pureté (2003)

Choeur et bande: L’Ensemble Mruta Mertsi dirigé par André Pappathomas

Mise en scène: Lorraine Pintal 7″

2- Lecture d’extraits L’asile de la pureté et La charge de l’orignal épormyable de Claude Gauvreau 10″

François Papineau, narration – Instruments inventés: André Pappathomas

3- Walter Boudreau, «Valse de l’asile», mouvement extrait de L’asile de la pureté 6″

Alain Lefèvre et Matthieu Fortin, piano

4- Jean-Claude Labrecque et Jean-Pierre Masse, La nuit de la poésie 11’

Film documentaire, extrait de la participation de Claude Gauvreau

5- Walter Boudreau, La charge de l’orignal épormyable 22’

Deux pianos:  Alain Lefèvre et Matthieu Fortin

Tagué , , , , , , , , ,

Traqué sans relâche

Mes attentes ont été comblées ! Ce matin, j’ai eu la grande chance d’assister à la répétition générale du Concerto de l’asile ! Quelle expérience ! Je n’en suis pas ressortie indemne et je vous raconte ici pourquoi…

 

Le thème, entêtant, nous traque sans relâche. On tente d’y échapper car il saurait nous faire découvrir une vérité que l’on veut garder enfouie. Mais notre course est vaine, il nous rattrapera tôt ou tard, c’est inévitable.

L’énergie puissante et grandiose qui se dégage de l’orchestre accompagne à la perfection le piano (Alain Lefèvre, époustouflant !). Tels des personnages qui suivent le héros d’une histoire ¬ la nôtre ¬ et qui interviennent l’un après l’autre, les violons, les hautbois, les clarinettes, les cloches tubulaires et les harpes nous font évoluer dans des mondes imaginaires. Ces univers incontrôlables se forment de couleurs qui reflètent nos émotions et nous font découvrir une personne que l’on ne connaissait pas jusqu’alors. Chacune de nos cellules a été bousculée, le plus profond de nous-même est bouleversé.

Tantôt apaisant, tantôt attelant, le rythme nous prend par la main et nous entraîne avec lui dans la folie de notre psychisme.

 

Puis tout à coup, plus rien. On nous extrait soudainement du rêve dans lequel nous nous étions plongés. Le réveil est difficile, abrupt. Les applaudissements nous étourdissent, les lumières de la salle extraordinaire de l’OSM nous éblouissent…Que s’est-il passé ?

Le souffle court, la musique est entrée au plus profond de nous-même.

 

À tous ceux qui ont assisté au concert, partagez-nous votre expérience !

Tagué , , ,

Un plus un est égal à trois

Mon premier est le compositeur Walter Boudreau

Mon second est le pianiste-interprète Alain Lefèvre

Mon tout est une création originale qui sera jouée le 15 et 16 janvier 2013 à l’OSM

Je suis… Le Concerto de l’asile

 

Comme vous, je n’ai pu écouter qu’un extrait du Concerto. Cependant, dès les premières notes, je me suis plongée dans une histoire, comme celle que nos parents ont pu nous raconter dans notre enfance. La mélodie et le rythme m’ont rappelé leurs voix qui nous guidaient au fil d’un conte au monde imaginaire. Cet effet n’est pas surprenant quand on sait que le thème du Concerto de l’asile est né au théâtre dans la pièce L’Asile de la pureté de Claude Gauvreau. La sensation voluptueuse et aérienne qui se dégage de l’œuvre, pourtant dramatique, offre une sensation extraordinaire d’évasion. J’ai hâte de découvrir la suite de cette histoire et de me laisser porter par la magie qu’a à nous offrir le Concerto de l’asile…

…Et vous, que vous a évoqué l’extrait du Concerto de l’asile que l’on entend à la fin de l’entrevue de Walter Boudreau et Alain Lefèvre ?

 

Walter Boudreau et Alain Lefèvre

Walter Boudreau et Alain Lefèvre

 

Bonne année à toutes et à tous, que votre année soit remplie de bonne musique !

Tagué , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :