Collaborations spéciales

Après le travail de Louise Duflot, nous sommes heureux de vous présenter notre nouvelle blogueuse Margalida Amengual qui, depuis mai 2013, partage ici ses trouvailles et ses questionnements suscités à la rencontre de la musique contemporaine, mais aussi des petites entrevues avec nos artistes. Elle nous explique…

« Après avoir consacré toute mon adolescence à la guitare classique au conservatoire de mon île natale, Majorque, je suis partie à Barcelone où je me suis formée en Communications et en Musicologie à l’Universitat Autonòma de Barcelona. À la même époque, j’ai eu mes premières expériences comme journaliste culturelle, j’ai fait un échange universitaire en Écosse et enfin j’ai travaillé pendant trois ans à l’Agence Catalane de Presse (Barcelone) comme journaliste culturelle spécialisée en musique, littérature et politique culturelle. Je voulais aussi acquérir une expérience à l’extérieur de l’Europe et c’est pourquoi je suis arrivée à Montréal en février 2013, où j’ai aussi appris le français (en plus du catalan, de l’espagnol et de l’anglais.)

Même si je ne suis pas spécialisée en musique contemporaine, j’ai toujours eu envie d’approfondir le sujet et de découvrir ce que font nos musiciens contemporains et pourquoi ils le font. J’étais aussi curieuse de comprendre exactement pourquoi la musique contemporaine peut être difficile à communiquer. Un blogue sur la musique contemporaine, c’était l’outil parfait pour explorer la question.

Pour moi, ma collaboration avec la SMCQ représente mon début dans le milieu culturel québécois, mais aussi en dehors d’un média comme tel. J’ai toutefois encore l’occasion de sortir dans la rue comme nous le faisons, nous les journalistes, pour rencontrer des compositeurs, des musiciens et des chefs d’orchestre qui m’accueillent dans les coulisses de la musique contemporaine québécoise. Ce blogue est aussi une de mes motivation de continuer d’apprendre le français.

N’hésitez pas à m’écrire, cela me fera plaisir de vous répondre! »

Margalida Amengual Garí

________________________________________________________

L’an dernier, nous avons pu compter sur deux collaborateurs pour notre blogue, soit Jean-Simon Robert-Ouimet et Paul Bazin. Le premier partageait ses connaissances sur une ou plusieurs œuvres au programme avant les concerts alors que le second nous livrait une analyse après coup. Ils nous disaient…

« Chacun à sa façon, compositeur, interprète, technicien du son, agent d’artiste, bénévole et auditeur participe à la vie musicale. Face à ce véritable bouillonnement culturel, le musicologue tient la plupart du temps le rôle d’observateur. Certes, on lui demande parfois d’écrire une note de programme ou de donner une conférence avant concert, mais étrangement, ce genre d’activité est assez peu reconnu dans le milieu universitaire. Pour ma part, j’y vois l’occasion de passer à l’action, de mettre à profit le savoir musicologique en fournissant à l’auditeur — qu’il soit néophyte, mélomane ou musicien — des outils qui lui permettront de développer une meilleure écoute.

Cette année, la Société de musique contemporaine du Québec m’a gentiment offert d’intervenir sur son blogue en rédigeant des textes de vulgarisation portant sur les œuvres inscrites au programme de la Série Hommage à Ana Sokolović. Comme le soulignait avec justesse mon collègue Paul Bazin, ce blogue est un lieu privilégié de rencontre et de discussion. Je vous invite donc à me poser vos questions tout au long de l’année.

Bonne saison à tous! »

Jean-Simon Robert-Ouimet

« La Société de musique contemporaine du Québec me fait cette année le très grand honneur de me demander de prendre part, à titre de chroniqueur, aux activités de la saison hommage à Ana Sokolović.

C’est là une tâche délicate que je m’efforcerai d’accomplir avec le plus de rigueur possible. L’objectivité de la position du critique demeurant, toutefois, irrémédiablement partielle, je doute qu’il lui soit jamais autorisé de détruire gratuitement. Aussi m’en garderai-je, autant que de lancer à tous vents ces fleurs qui tuent, ces acclamations partiales et partisanes qui confinent la scène musicale à un vedettariat qui n’a rien à voir avec l’art. Pas de commentaires sur les robes des chanteuses, pas plus que de partis-pris. Je souhaite que ces chroniques soient un lieu de réflexions sur la musique – on me reprochera de parler de musique au singulier, mais que l’on soit sans crainte, je ne suis point réactionnaire. Il est commun de s’indigner de l’absence notable de discussions, voire de débats, au sujet de cet art sur la place publique, et d’autant plus regrettable qu’un tel état de fait perdure depuis trop longtemps. Questionnons ensemble les diverses avenues de la musique de notre temps.

J’espère que ces chroniques contribueront à l’effervescence de la nouvelle saison musicale, qui s’annonce riche en découvertes et en événements de toute nature. Peut-être permettront-elles d’échanger entre générations de musiciens et entre passionnés de musique vivante. »

Paul Bazin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :