Archives de Tag: Tony Chong

Practices of Everyday Life | Cooking

Navid Navid Navab, le créateur

Pour cette 7ième édition du Festival Montréal/Nouvelles Musiques, le jeune compositeur et artiste multidisciplinaire – Navid Navab, partage avec son public une expérience sensorielle en élevant le concept de « cuisiner » à un niveau supérieur. A cette occasion, il introduit des sons organiques dans un processus de création lié aux nouvelle technologies. L’équipe, composée aussi de Tony Chong – le performeur, Jérôme Delapierre – à la vidéo ainsi que Michael Montanaro – à la mise en scène, sera au rendez-vous à l’Agora Hydro-Québec le lundi 2 Mars à 21h00.

_MG_6699 Tony Chong – Le performeur

Explorant les multiples facettes que nous offre la musique, Navid collabore depuis plusieurs années avec  Topological Media Lab afin d’explorer la fusion de plusieurs disciplines artistiques. Basé à l’Université Concordia, ce laboratoire s’appuie sur des études de phénoménologie pour nourrir la création d’environnement propices aux manifestations numériquement augmentées. C’est dans cette dynamique, que Navid nous livre 55 minutes d’approche métaphorique de ces gestes quotidiens par le biais d’un « concert culinaire ».

Le contexte sonore et visuel

Lors de la représentation, nous pouvons observer le chef /danseur évoluer dans un décor de cuisine – incluant des plaques de cuissons et un plan de travail. Derrière Tony Chong, une projection vidéo est diffusée en corrélation avec un fond sonore largement étudié – nous plongeant dans une atmosphère organique et poétique.

_MG_6682La prise de sons, produite par les mouvements du danseur et l’interaction des objets, résulte de divers procédés :placés sous le plan de travail ou sur un des couteaux, les microphones n’enregistrent pas les sons issus des vibrations de l’air mais capte celles-ci à travers la matière. La table ou la lame du couteau deviennent des instruments de musique à part entière. La gestuelle de Tony Chong est également sonorisée grâce à un capteur mis sur son bras et enregistre d’autres variations sonores. Navid a la possibilité d’orchestrer habilement tous ces éléments grâce à cette technique qu’il a imaginé. En manipulant les objets culinaires, il façonne une multitude de sons amplifiés, détournés et exclusifs.

Détournement de la fonction culinaire

Cette performance soutient un discours objectif de cette pratique usuelle. A travers ce spectacle, qu’il qualifie de « Théâtre multimodal », Navid nous donne différents mode d’interaction avec l’objet-même. Habituellement, lorsque nous utilisons ces ustensiles, ce sont pour des raisons utilitaires qui permettent de nous nourrir, donc de survivre. La fonction de cet ensemble de gestes est détournée pour donner un sens plus poétique ce qui amène le spectateur à se repositionner par rapport aux éléments naturels et organiques.

Le compositeur explore la fusion de plusieurs disciplines artistiques ainsi que philosophique et développe une alchimie sensorielle afin de transformer la routine en événements extraordinaire via des manifestations numériquement augmentées. Le principe est de fusionner les matériaux avec la technologie pour les transformer en instruments de musique expressifs et très nuancés. Par exemple, une aubergine devient une basse Tabla, les oignons s’expriment de diverses façons selon la manière dont le chef va les découper et le mortier se transforme en un synthétiseur sauvage.

Navid se base sur une expérience auditive qui se réapproprie la fonction de  base et amène l’auditoire à se construire son opinion personnelle. En s’éloignant de la représentation des gestes domestiques, Practices of everyday life | Cooking crée une nouvelle connexion avec l’environnement qui n’est plus de l’ordre de l’utilitaire.

_MG_6720

 

 

 

 

Chaque effet sonore est accompagné d’une vidéo projetée derrière le cuisinier.

 

Composition d’une relation entre le mouvement et l’objet

Le chef produit des gestes ordinaires et improvise tandis que Navid a programmé les corrélations  entre la façon dont l’objet est manipulé et le son qu’il va émettre. Les caractéristiques du son sonts pré-composées au sein d’une structure de composition plus large. Dans cette configuration, il existe une panoplie infinie de sons que l’objet peut produire à partir de cette gestuelle.

La chorégraphie garde l’énergie du direct car il est possible que l’objet provoque une sonorité qui résulte du hasard. Si le son qui émane d’une succession de gestes est soumis au hasard, il est important de se demander si c’est le chef qui crée cet effet sonore ou si c’est l’objet lui même. La barrière entre le performeur et le performé devient diffuse ce qui remet en question la notion de technologie – car ce principe n’est pas issue des caractéristiques mathématiques.

Ce ballet pluri-sensoriel est une invitation au questionnement du statut des éléments naturels dans nos pratiques quotidiennes et des nouvelles technologies dans le concept de création. Ainsi, Navid Navab invite l’auditoire à oublier sa propre expérience de la « cuisine » pour le guider vers une nouvelle trajectoire – en faisant l’emphase sur l’imperceptible devenu enfin palpable.

Entrevue: Diane Martin-Graser

Publicités
Tagué , , ,
%d blogueurs aiment cette page :