4:33

La semaine dernière, j’écoutais pour la première fois 4:33 de John Cage. Ma réaction première fut la colère. Celle de me dire qu’il était impensable d’oser présenter une telle création à un public. J’ai trouvé obscène l’argent qui y a été dépensé, arrogant d’y impliquer un orchestre et prétentieux que le public puisse applaudir.

quatre minutes trente trois

Cliquez pour visionner le concert

Alors j’ai lancé le débat avec mes amis et l’une d’entre eux a écrit ceci : « Le vrai silence n’existe pas, et c’est que John Cage expérimente ici. Pendant que tu écoutes ce « silence », tu prends soudain conscience de tous les sons qui t’entourent. Et la salle de concert amplifie encore plus ta propre réalité physique. C’est à la fois étrange et intéressant. »

J’ai beaucoup aimé ce qu’elle a écrit et cela m’a incité à me renseigner sur cette pièce si particulière. J’ai appris que John Cage à tout d’abord commencé cette expérience à Harvard, dans une salle absorbant les sons, ne laissant place à aucun écho. Seulement, il dit avoir entendu deux sons : un haut, un bas. L’ingénieur de la salle lui expliqua alors que le premier était son système nerveux et le second la circulation de son sang.

John Cage a alors voulu faire comprendre au public que la musique ne s’arrête jamais, qu’elle continuera même après sa mort. C’est cette impossibilité du silence l’a mené à créer 4:33.

Ainsi, après avoir eu ces explications sur ce que je qualifie de portée philosophique de l’œuvre, je comprends pourquoi cette pièce a été créée. L’expérience et le cheminent de pensée du compositeur est aussi bien poétique que scientifique.

Mais des questions se soulèvent encore en moi : le bruit, aussi omniprésent qu’il soit, est-il musique (j’y consacrai un article la semaine prochaine) ? N’est-ce pas une expérience qui doit rester personnelle ? Peut-on la partager ?

Je persiste à trouver l’expérience collective absurde et non pertinente. Je reste également persuadée que la renommée du compositeur est la quasi unique raison pour laquelle des gens et l’orchestre se sont déplacés. Cette pièce est pour moi la limite de ce que l’on peut proposer et qualifier de musique.

J’exprime mon opinion strictement personnelle ici et j’aimerais vraiment lire ce que vous en pensez et connaître votre ressenti sur cette pièce. N’hésitez donc pas à commenter ! 

Publicités
Tagué , , , ,

2 réflexions sur “4:33

  1. Nancy dit :

     » J’ai trouvé obscène l’argent qui y a été dépensé, arrogant d’y impliquer un orchestre et prétentieux que le public puisse applaudir.  »

    En fait, j’imagine – et j’espère fortement – que cette pièce est jouée dans un programme complet et non seule… ce qui la rend d’autant plus intéressante : imagine le contraste auditif entre un concert d’orchestre et tout à coup le silence… j’imagine un certain inconfort et tout le monde qui essaie soudainement d’arrêter de respirer. Une expérience que j’aimerais bien vivre un de ces quatres.

    • Louise Duflot dit :

      Oui je pense dans ce cas que ça serait très intéressant. Seulement à la fin de la vidéo on voit tous les musiciens quitter la scène alors je ne sais pas si ils rejouent par la suite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :