Musique et danse pour le Trio Hochelaga!

Danse et musique sont, depuis toujours, étroitement liées. Pas et contre-pas faisant échos aux temps forts et faibles, aux phrases et périodes musicales, danseur et musicien structurent chacun à leur façon le déroulement du temps. À partir du XVIIe siècle, on voit cependant apparaître des suites de danses qui, bien que constituées des principales danses pratiquées à l’époque, ne visent pas à faire danser, mais seulement à être écoutées. C’est à Johann Jakob Froberger (1616-1667) que l’historiographie moderne attribue l’idée de grouper systématiquement les quatre danses de la suite dite « classique » (l’allemande, la courante, la sarabande et la gigue), modèle qui sera repris par Telemann, Couperin et Bach, pour ne nommer que les plus connus. Ainsi, en moins d’un siècle, le rapport qu’entretenaient jusqu’alors ces deux arts se trouva profondément transformé : ce n’est plus la musique qui était au service de la danse, mais la danse qui était au service de la musique.

Nombre de compositeurs adopteront par la suite cette nouvelle perspective — pensons aux Mazurkas de Frédéric Chopin, aux Rhapsodies hongroises de Franz Liszt et aux Danses populaires roumaines de Béla Bartók —, et c’est dans cette tradition que s’inscrivent Danses et interludes d’Ana Sokolović. D’emblée, la riche palette rythmique de ces courtes pièces attire l’attention de l’auditeur. S’inspirant des inflexions particulières de sa langue natale, le serbe, la compositrice nous invite ici à écouter un véritable monologue imaginaire où les notes se substituent aux mots : le discours est tour à tour rêveur (Interlude 1), capricieux (Danse 2) ou grotesque (Danse 4). Simple hasard, ou vague réminiscence d’un âge d’or où musique, poésie et danse ne faisaient qu’un? Quoi qu’il en soit, les ressources offertes par le piano sont, quant à elles, exploitées dans toute leur diversité, comme en témoignent ces grappes de notes ou clusters (Danse 1) et surprenants effets de percussion (Interlude 2). Une œuvre à découvrir!

© Jean-Simon Robert-Ouimet 2011

Le Trio Hochelaga interprétera Danses et interludes d’Ana Sokolović lors du concert Anges et démons ce vendredi 7 octobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :